« La Jeune fille à la perle », du tableau à la fiction littéraire et cinématographique, une histoire de fascination et d’inspiration…

Histoire d’un tableau célèbre.… un tableau de Vermeer, datant de 1665 environ, au Mauritshuis de La Haye, « La Jeune fille à la perle », inspire un roman, celui de Tracy Chevalier publié en 1999, roman qui à son tour inspire un film de Peter Webber, sorti en 2003. Le titre en est le même.

Première découverte pour moi, ce tableau que j’ai photographié au musée Mauritshuis de La Haye, visité en 2018. Coup de foudre immédiat.

tableau de Vermeer, photo de Geneviève Moreau-Bucherie
La Jeune fille à la perle, musée de La Haye

Et la lecture toute récente du roman…La fascination subsiste dans ce roman délicat et lumineux.

La-jeune-fille-a-la-perle

Ce qu’en dit l’éditeur…

La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l’âge d’or de la peinture hollandaise. Griet s’occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s’efforçant d’amadouer l’épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.

Note de lecture perso …

Il s’agit d’une pure fiction, incitée par le tableau de Vermeer, le beau regard de la jeune fille à la perle et la façon qu’elle a de tourner la tête par – dessus son épaule, comme si elle était surprise. Cette position du modèle, inconnu d’après la biographie du peintre baroque hollandais du XVII° siècle, signifiant qu’elle a dû le regarder dans les yeux quand il l’a peinte, a servi certainement de déclic à Tracy Chevalier, la romancière « au tableau » : incarner ce regard et sa présence incroyable dans le personnage de Griet, découverte par Vermeer et son épouse dans la cuisine maternelle, en train d’éplucher des légumes et de les disposer avec art sur un plateau, par couleurs. Voilà la scène initiale qui préfigure la « liaison » picturale du peintre avec son modèle.
Une fois embauchée comme servante chez les Vermeer, Griet sera chargée, outre les tâches ménagères qui lui incombent directement , du nettoyage de l’Atelier du peintre, tout en haut de la maison et interdit aux autres membres de la famille. Elle doit épousseter, laver, sans rien déranger de la disposition du maître, car une partie de l’atelier est une scène de décor de la peinture en cours. Elle a alors recours à un stratagème lui permettant de prendre des repères pour tout remettre à sa place
Cet atelier chargé de mystère, d’interdit, va devenir pour elle le lieu de son refuge et de sa rêverie, et la bienveillance du peintre vis-à-vis d’elle autorise une intimité , elle est en effet sensible à l’art et intelligente dans sa compréhension immédiate de son génie. Peu à peu il lui demandera d’être son « assistante », chargée de broyer à ses côtés les os et les pierres, puis les pigments colorés, dont le jaune, le bleu outremer chers à Vermeer, composantes de sa palette.

La relation qui lie le maître à son modèle est alors passion toute contenue, d’une intensité et d’une beauté incroyable. GMB.

Le texte : folio page 243 et sq.

Il approcha une chaise du chevalet , face à la fenêtre du milieu. Je m’assis. Je savais que ce serait là ma place. Il allait retrouver la pose qu’il m’avait demandé de prendre un mois plus tôt, quand il avait décidé que je lui servirais de modèle.

« Regardez par la fenêtre », dit-il. (…)

« Maintenant tournez lentement la tête vers moi. Non, pas les épaules ! juste la tête. Doucement. ça y est ! Ne bougez plus. »

J’obéis. Il me fut d’abord impossible de croiser son regard, car j’avais l’impression d’être assise près d’un feu qui soudain s’embrase. Au lieu de cela, je fixais son menton décidé, ses lèvres minces.

« Voyons, Griet, vous ne me regardez pas. »

A nouveau, je ressentis comme une brûlure, mais je supportai en silence l’épreuve qu’il m’imposait( …) Je gardai le silence. Je ne pouvais pas lui montrer mes cheveux. Je n’étais pas le genre de fille à rester tête nue.

Il remua sur sa chaise, puis il se leva. Je l’entendis entrer dans la réserve. Il en revint, les bras chargés d’étoffes qu’il laissa tomber sur mes genoux.

« Voyez ce que vous pourrez tirer de ça, Griet. Fabriquez vous une coiffure avec un de ces bouts d’étoffe (…) » Fouillant dans toutes ces étoffes, il en sortit une bande longue et étroite d’étoffe bleue.

 » Je voudrais que vous essayiez ceci. »
Je regardai le tissu.

 » Il n’y en a pas assez pour me couvrir la tête.

_ Alors, prenez aussi ce morceau-là. »

Il ramassa un bout de tissu jaune bordé du même bleu et me le tendit.(…) Je nouai le tissu bleu sur mon front, puis j’enroulai le jaune plusieurs fois autour de mon crâne, jusqu’à ce que celui-ci soit entièrement couvert. Je rentrai l’extrémité sur le côté, j’arrangeai quelques plis, lissai la bande bleue sur mon front et retournai à l’atelier. Il était en train de lire, aussi ne me vit-il pas me rasseoir. Je repris la même pose. Au même instant, l’extrémité du tissu jaune se défit et tomba sur mon épaule.

« Oh ! murmurai-je, craignant que l’étoffe en glissant ne laissât voir mes cheveux. Elle resta en place. Seule l’extrémité de l’étoffe jaune pendait. Mes cheveux restèrent cachés.

« Bien, dit-il alors. C’est parfait, Griet. Parfait. »

Enfin le film de Peter Webber…tout aussi envoûtant et d’une finesse incroyable, avec Colin Firth dans le rôle de Vermeer et Scarlett Johansson dans celui de Griet.

Sur ce lien :

La Jeune fille à la perle, le film

La jeune fille à la perle, film

Le film concentre l’action sur la relation entre Vermeer et la jeune Griet, il travaille remarquablement la matière même des tableaux de Vermeer pour la photographie, les quartiers de Delft et l’intérieur de la maison et de l’atelier. Les deux acteurs en jeu, incarnent l’intensité de la relation, les émotions tues, les gestes retenus. GMB.

Romans connexes, à propos de Vermeer et de sa peinture…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s