Virgile , Bucoliques Eglogues 1 et 2, Latin Bac 2011-2013.

Bibliographie:

OEUVRES COMPLETES DE VIRGILE, Bucoliques, traduites par Jean-Pierre Chausserie-Laprée, éditions de la Différence ( texte bilingue présenté par Claude Michel Cluny).

Virgile, Bucoliques

VIRGILE, BUCOLIQUES, Classiques en poche bilingue.( traduction d’Eugène de Saint-Denis, préface de jean-Pierre Néraudeau)

Virgile, Bucoliques

– Approche de la littérature latine, Nathan université, Jacques Gaillard
Textes retenus / Juxtalinéaires.

Texte 1: Première églogue  » Tityre »

vers 1-35

 

MELIBOEUS: Mélibée:

Tityre, Tityre,

tu recubans sub tegmine, toi étendu sous le couvert

patulae fagi, d’un hêtre aux branches déployées

silvestrem musam meditaris, tu répètes un air champêtre

tenui avena, sur un mince pipeau;

nos patriae finis linquimus, nous (autres) nous laissons derrière nous les bornes de notre patrie,

et dulcia arva, et nos  campagnes chéries ,

nos patriam fugimus, nous, nous devons fuir notre pays;

tu, Tityre, (mais) toi, Tityre,

lentus in umbra, nonchalant sous l’ombrage,

resonare doces ..silvas, tu apprends aux bois à faire retentir

formosam Amaryllida, (le nom de )la belle Amaryllis.

TITYRUS: Tityre:

O Meliboee, ô Mélibée,

deus nobis haec otia fecit,  c’est un dieu qui nous donna ce loisir:

namque erit ille mihi semper deus, car il sera  toujours pour moi un dieu;

saepe tener  … agnus, souvent un tendre agneau

nostris ab ovilibus, de nos bergeries

illius aram… imbuet, ensanglantera son autel.

Ille meas errare boves…permisit, c‘est lui qui autorisa mes génisses à paître en liberté,

ut cernis, comme tu le vois,

et ipsum ludere, et moi-même à jouer

quae vellem calamo …agresti, ce que je veux ( les airs que je veux) sur un roseau rustique.

MEL: Mélibée:

Non equidem invideo, je ne suis pas jaloux,

miror magis, mais étonné plutôt !

undique totis…agris, partout dans  toutes les campagnes

usque adeo turbatur , il règne un tel désordre!

En ipse …protinus aeger ago, voilà ! moi-même démoralisé, je pousse devant moi

capellas, mes chèvres;

hanc etiam vix, Tityre, duco, et celle-ci, Tityre, j’ai de la peine à la tirer :

modo namque gemellos conixa, ses deux petits en effet, qu’elle vient de mettre bas avec effort,

hic inter densas corylos, ici, au milieu des coudriers touffus,

spem gregis, a ! espoir du troupeau, hélas!

reliquit silice in nuda, elle les a laissés sur le roc  nu.

Saepe malum hoc, souvent ce malheur

(si mens non laeva fuisset,) (si mon esprit n’avait pas été aveugle!)

memini…nobis praedicere, je m’en souviens, nous  fut prédit

de caelo tactas quercus, (par des) chênes frappés par la foudre du ciel.

Sed tamen …da nobis, mais au fait, dis le nous

iste deus qui sit, ce dieu,  qui est-il?

TITY: Tityre:

Putavi stultus ego, je pensais, dans ma stupidité,

Urbem quam dicunt Romam, que la Ville que l’on appelle Rome,

Meliboee, Mélibée,

huic nostrae similem, était semblable à la nôtre

quo solemus pastores, où  nous avons l’habitude, (nous autres )bergers,

saepe ovium teneros depellere fetus , de mener les tendres petits enlevés aux brebis.

Sic …noram canibus catulos similis, ainsi je savais les chiots semblables aux chiennes,

sic matribus haedos, (ainsi) les chevreaux identiques à leur mères,

sic componere solebam parvis magna, ainsi je comparais habituellement,les grandes choses aux petites.

Verum haec inter alias urbes, mais cette ville au milieu des autres (villes)

tantum caput extulit, quantum solent cupressi,  a autant haussé la tête que les cyprès le font (habituellement)

lenta inter viburna, au milieu des viornes souples.

MEL: Mélibée

Et quae tanta causa fuit tibi, et quelle raison si grande avais-tu

Romam videndi ? de voir Rome?

TITY: Tityre:

Libertas, quae sera tamen respexit inertem, la Liberté, qui pourtant tardivement jeta les yeux sur le mollasson que j’étais,

 postquam candidior tondenti barba cadebat,  quand ma barbe tombait plus blanche sous le rasoir,

respexit tamen, elle me regarda quand même,

et longo post tempore venit, et après une longue attente, elle est venue,

postquam nos Amaryllis habet, depuis qu’Amaryllis me tient,

Galatea reliquit,  que Galatée m’a quitté.

Namque, fatebor enim, et en effet, car je l’avouerai,

dum me Galatea tenebat, tant que Galatée me tenait, ( j’étais  aux mains de Galatée)

nec spes libertatis erat, aucun espoir de liberté ( je n’avais aucun…)

nec cura peculi, aucun souci de mon pécule.

Quamvis multa exiret victima , même si de nombreuses victimes sortaient

meis saeptis, de mes enclos,

et pinguis premeretur caseus , et (si) du fromage gras était pressé

ingratae urbi, pour la ville ingrate,

non umquam domum mihi redibat, jamais ne rentrait dans ma maison

gravis aere dextra, ma main droite chargée d’une monnaie trébuchante ! ( lourde monnaie)

FIN.

 

Bucoliques: 2° Eglogue : « Alexis »,  Vers 45 – 73

 

« Pour le bel Alexis, délices de son maître,

Le pâtre Corydon, sans nul espoir, brûlait,

Cime ombreuse, il restait sous les hêtres épais:

toujours il était là, seul, à jeter sans art,

Brûlants et vains ses cris par les monts et les bois… » ( vers 1-5)

 

(…) « Huc ades, O formose puer: « Viens ici bel enfant,

tibi  plenis calathis, pour toi, dans des corbeilles pleines,

ecce ferunt lilia Nymphae , voici les Nymphes qui t’apportent des lis;

tibi candida Nais, pour toi la blanche Naïade,

pallentis violas … carpens, cueillant les pâles violettes

et summa papavera, et les immenses pavots,

narcissum et florem jungit, assemble le narcisse et la fleur

bene olentis anethi, du fenouil bien odorant;

tum, alors,

casia intexens, les entrelaçant au daphné

atque aliis suavibus herbis, et aux autres plantes suaves,

mollia vaccinia pingit, elle marie les tendres vaciets

luteola calta.au souci jaune d’or.

Ipse ego, moi-même

cana legam mala, je cueillerai des pommes blanches

tenera lanugine, au doux duvet,

castaneaque nuces, et des chataignes

mea quas Amaryllis amabat, que mon Amaryllis aimait;

addam cerea pruna, j’ajouterai des prunes de cire;

honos erit huic quoque pomo, ce fruit sera lui aussi, à l’honneur;

et vos, o lauri, carpam, et vous, lauriers, je ( vous ) cueillerai

et te, proxima myrte, et toi, myrte voisin,

quoniam sic positae, puisqu’ainsi placés

suavis miscetis odores. vous mêlez vos suaves parfums.

Rusticus es, Corydon, tu es un rustaud, Corydon :

nec munera curat Alexis, Alexis n’a que faire de tes présents.

si muneribus certes, et, si tu rivalisais de cadeaux,

nec concedat Iollas. Iollas ne cèderait pas la victoire.

Heu !Hélas !

quid volui misero mihi ? qu’ai-je voulu, malheureux que je suis ?

Floribus, perditum, immisi, sur mes fleurs, égaré, j’ai lâché

Austrum , l’Auster,

et liquidis fontibus,  et dans les sources limpides,

apros, les sangliers.

Quem fugis, a! demens ? Qui fuis-tu, ah ! pauvre fou ?

Habitarunt di quoque silvas, les dieux aussi ont habité les bois,

Dardaniusque Paris. et le Dardanien Pâris.

Pallas colat ipsa, Pallas habite elle-même

arcis (=arces) quas condidit, les citadelles qu’elles a fondées;

silvae ante omnia, nous, ce sont les bois plus que tout

nobis placeant, que nous aimons.

Torva laena lupum sequitur, la lionne au regard torve cherche le loup,

lupus ipse capellam,  le loup, lui, la chevrette;

sequitur lasciva capella, la chevrette folâtre cherche

florentem cytisum, le cytise en fleurs,

te Corydon, o Alexi : et toi ô Alexis, Corydon te cherche :

trahit sua quemque voluptas, chacun est entraîné par son plaisir. ( = son  plaisir entraîne chacun)

Aspice, vois,

referunt  juvenci, les boeufs rapportent

aratra jugo suspensa, les charrues suspendues au joug,

et sol decedens duplicat, et le soleil déclinant double

crescentis (=crescentes) umbras, les ombres qui s’allongent;

me tamen urit amor, moi pourtant, l’amour me brûle ( encore)

quis enim modus adsit amori ? quelle limite en effet, pourrait-il y avoir à l’amour ?

A ! Corydon, Corydon, Ah ! Corydon, Corydon !

quae te dementia cepit ? quelle folie t’a saisi ?

tibi frondosa vitis semiputata est, ta vigne est à demi taillée

frondosa in ulmo, sur l’ormeau couvert de feuillage.

Quin tu  potius paras, pourquoi ne te prépares-tu plutôt

aliquid saltem detexere, à tresser au moins quelque chose

quorum indiget usus, dont le besoin te presse,

viminibus,  avec des osiers flexibles

mollique detexere junco ? et du jonc souple ?

si te hic fastidit,  si celui-ci te dédaigne,

invenies alium Alexim. tu trouveras un autre Alexis !

FIN

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s