Phèdre de Sénèque: Acte I, tirade de Phèdre à la nourrice

TEXTE 2:

Acte I, Phèdre, la nourrice

Tirade de Phèdre, vers 85-128

Traduction en juxtalinéaires .

Phaedra : vers 85-91

Ô magna Creta dominatrix freti, ô grande Crète, maîtresse de la vaste mer,

CUJUS innumerare rates dont les innombrables navires

per omne litus, sur tous les rivages

tenuere pontum, occupent la haute mer,

quicquid Nereus, partout où Nérée

pervium rostris secat , tenus Assyria tellure, taille, à leur proue, une route sûre jusqu’à la terre d’Assyrie,

CUR , obsidem datam in penates invisos, pourquoi, livrée en otage  à d’odieuses pénates

hostisque nuptam, et mariée à l’ennemi,

cogis degere aetatem in malis lacrimisque ?  me contrains-tu à consumer ma vie dans les malheurs et les larmes ?

vers 90- 95

En Theseus  profugus conjux abest , tiens ! Thésée mon époux est absent

praestatque nuptae quam solet fidem. et répond à son épouse  de sa fidélité habituelle !

Fortis miles audacis proci, en soldat courageux d’un amant audacieux,( Hercule)

vadit per altas tenebras,  il marche à travers les profondeurs ténébreuses

invii retro lacus d’un lac d’où l’on ne revient pas ( au retour impossible)

UT abstrahat revulsam pour arracher l’ enlevée ( Proserpine)

solio regis iferni. au trône du roi des Enfers. ( Pluton)

vers 96- 103

Socius furori , pergit, complice d’un furieux  il va jusqu’au bout

haud timor pudorque illum tenuit : ni la crainte sacrée ni la pudeur ne l’ont retenu :

_Hippolyti pater Acheronte in imo quaerit , le père d’Hippolyte cherche dans les profondeurs de l’Achéron

stupra et illicitos toros ; le stupre et l’adultère ( les couches illicites) ;

sed major alius dolor mais une autre douleur, pire ( encore),

incubat maestae. s’étend sur ma peine.

Non quies nocturna, ni repos nocturne,

non altus sopor me solvere curis ; ni sommeil profond ne m’ont délivrée de cette peine ( de coeur) ;

alitur et crescit malum et ardet intus ; mon mal se nourrit et croît  (et) brûle au fond de moi

qualis vapor Aetnao exundat antro , comme la lave se répand du gouffre de l’Etna;

vers 103- 111

Palladis telae vacant, le métier à tisser de Pallas reste vacant

et labuntur pensa inter ipsas manus,   et ( le travail de ) la laine s’échappe  de mes mains mêmes ;

non libet colere templa donis votivis, il ne me plait plus d’honorer les temples d’offrandes ( votives),

non inter aras, ni entre les autels,

mixtam Atthidum choris, mêlée aux choeurs des Athéniennes,

jactare conscias faces sacris, d’agiter les torches d’initiées lors de dévotions secrètes,

nec adire castris precibus, ni de m’adresser dans de chastes prières

aut ritu pio, ou dans un rite pieux

praesidem deam, à la déesse protectrice

adjudicatae terrae, de l’endroit qui lui a été attribué :

juvat consequi cursu , j’aime ( au contraire) poursuivre à la course

excitatas feras, les fauves excités

et molli jaculari manu,  et de ma faible main, lancer

rigida gaesa. les javelots rigides.

vers 112- 120

Quo tendis anime ? Où vas-tu , mon coeur ?

quid furens saltus amas, pourquoi, démente, aimes-tu les bois ?

Agnosco fatale malum miserae matris ,  je reconnais bien le mal fatal de ma mère infortunée ;

noster amor novit in silvis peccare  , notre amour a appris des forêts ( = dans les forêts) à commettre ses fautes.

Genetrix ! tui me miseret ! (Ah !) Mère ! je te plains !

infando malo correpta, rongée d’un mal funeste,

audax amasti efferum ducem pecoris saevi , tu as osé aimer (= audacieuse, tu as aimé)le chef farouche  d’un sauvage bétail ;

torvus,impatiens jugi, menaçant,  rebelle au joug,

adulter ille, ductor indomiti gregis, cet amant,  conducteur d’un troupeau indomptable,

_ sed amabat aliquid. _ au moins aimait un peu (= en quelque chose).

QUIS deus aut QUIS Dedalus, quel dieu,  ou quel Dédale

juvare queat  meas flammas, pourrait favoriser ma flamme,

miserae ? infortunée ? ( = de l’infortunée que je suis ?)

vers 121- 128

Si ille remeet, même s’il revenait

arte Mopsopia potens, ce maître d’art de Mopsopie (= de l’Attique),

QUI conclusit caeca domo nostra monstra, qui dans un lieu obscur enferma  notre monstre,

non…promittet ullam opem casibus nostris ,  il ne pourrait promettre aucun aide à mes maux.

Venus perosa stirpem Solis invisi, Vénus qui abhorre  la race odieuse du Soleil,

vindicat per nos catenas Martis  sui suasque , venge sur nous,  les chaînes où fut pris son Mars bien-aimé avec elle, ( = et les siennes propres),

probris nefandis, par d’abominables opprobres,

omne Phoebeum genus onerat , elle accable toutes la race sortie de Phébus :

nulla Minois defuncta , aucune ( femme) de la descendance de Minos

levi amore est, n’éprouve un doux amour,

jungitur semper nefas. toujours elle s’unit dans le sacrilège.

FIN

NB : Les mots en caractères gras dans le texte latin,  indiquent sa structure syntaxique.

Geneviève Moreau-Bucherie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s